rootzbiketour


LEAVING MONGOLIA & ENTERING CHINA VIA INNER MONGOLIA
16/09/2010, 05:48
Filed under: China, Mongolia

wordup red warffferrs

Fin du chapitre Mongolie

Nos visas chinois en poche, nous quittons nos hotes, Cathy et Seba, et Oulan Bator et  sereinement. On est toujours avec notre pote allemand Carsten, et on pedale en quelques jours environ 200km sur une bonne route asphaltee, et apres nos experiences sur les pistes on decide de prendre un train la ou la route en beton s’arrete, jusqu’a Zamin Uud, la petite ville frontaliere. Le trajet en train a ete plutot mouvemente : on a pris les places les moins cheres, ou tout le monde est cense etre assis, dans un wagon couchette! Du coup forcement tout le monde veut s’allonger puisque c’est un trajet de nuit! Alors c’est la pagaille! Vu le numero des places qu’on avait, on a eu des couchettes, avec la madame du wagon en renfort qui a du engueuler un vieux monsieur qui lancait d’abord des regards noirs a Carsten qui etait reste assis au debut, puis qui a meme essaye de frapper Murat et Carsten! Mais apres quelques heures, le train s’est arrete a une gare au milieu du desert du Gobi, et la on s’est fait litteralement tapper dessus! Pas trop fort hein, mais suffisamment pour nous deloger. Et vu vu qu’on parle pas tres bien mongol… Alors on a carrement bouge sur la couchette du dessus, qui n’est pas une couchette mais l’endroit pour mettre les bagages, bien dur! Et la, personne n’est venu nous chercher! Les aventures n’etaient pas terminees puisqu’au petit matin a Zamin Uud, devant le wagon ou on avait laisse nos velos, on se les est vu refuses par le type du train qui voulait se la jouer russe et qui nous a balance un “niet” voulant dire “je vous rends pas vos velos!”. Et le train avancait, reculait, on sait pas pourquoi, donc on montait dans les wagons pour pas perdre les velos, mais on se faisait jeter par les madames des wagons, Carsten s’enervait avec le gars, et on est meme alles chercher la police! Ce qui ne s’est revele d’aucune aide puisqu’en fait le gars, qui avait donc surement fait un tour en Russie, voulait juste de l’argent. On lui a donne 2000 tugriks=meme pas 1.50 euros! Super.

Impossible de traverser la frontiere a velo, encore une fois! (l’autre fois c’etait a la frontiere russe/mongole a Tashanta). Mais cette fois c’est pas 20km de zone non-autorisee, alors on a fait du stop! Et ca a marche tout de suite. En fait, il y a plein de monde a pied qui font du stop, et du coup on s’est retrouves a 6 dans la cabine du routier qui nous a pris. Un peu serres, mais il n’y a que deux trajets, de meme pas 5 minutes (a se demander pourquoi ils ouvrent pas la frontieres aux pietons). Cote mongol, on a failli perdre toutes nos sacoches velo et mourrir etouffes dans la foule qui nous compressait contre les guichets controle des passeports! Les flics gueulaient mais ca changeait rien. Cote chinois, queues tres organisees, meme si pas toujours respectees, et puis vu qu’ils passaient presque 10 minutes sur chaque passeport etranger et qu’on etait 4 francaises et un anglais, ca commencait a rouspeter derriere, donc tout le monde s’est insultes dans ses langues respectives, le sourire au levres!

En Mongolie Interieure, Chine

Enfin en Chine, wouhouuu!!!! On y croyait presque plus, alors on est plutot contents.  Et la Chine, c’est super moderne!!! Alors ca nous fait un choc apres la Mongolie. Erlian hot, premiere ville apres la frontiere, nous fait halluciner : grandes, enormes avenues, toutes les facades sont neuves, les batiments officiels sont enormes, il y a plein de fruits, plein de legumes,  on s’en prend plein les yeux!!! Heureusement ils sont toujours a velo, ou presque : les velos se font aussi remplacer par des velos/scooters electriques. C’est bien ca fait pas de bruit. On y reste seulement la journee, puis on retrouve nos steppes, car on est toujours en Mongolie Interieure et on a encore un bout de chemin avant d’arriver dans la Chine de l’Est, la ou c’est le plus densement peuple.

Dans la steppe juste en sortant de Erlian Hot, il y a …des dinosaures!!! Grandeur nature. Ils ont decouvert plein de fossiles dans la region. Alors on plante au milieu de nos fantomatiques gardiens pour la nuit, etrange decors lors d’une nuit agitee par le vent. Le lendemain, Carsten decide de partir plus tot que nous, et de faire son bout de chemin a lui. Alors qu’on rangeait et qu’on pliait les tentes arrive un couple de suisses a velo, Romain et Sarah. Ils vont aussi a Pekin, alors on se dit qu’on va faire la route ensemble. Un de perdu, deux de retrouves! Apres quelques kilometres, on s’arrete au poste de police (en plein milieu de la steppe) pour que Sarah et Romain fassent leur enregistrement (une loi chinoise. Nous on l’a fait a Erlian, eux n’ont pas reussi. La Chine c’est vraiment du cas pas cas.) Un vieux monsieur essait de nous parler en chinois, ca marche pas, d’autant plus qu’apparemment il est sourd puisqu’une dame lui crie dans les oreilles, surement comme quoi on parle pas chinois. On aurait pu croire que la communication s’arrete la, mais il se dirige vers le petit jardin pres du batiment et revient avec deux petites pasteques! Il les tappe contre le sol pour les ouvrir, eh pourquoi se servir d’un couteau?! Elles ont delicieuses, les meilleures pasteques qu’on a mange! Tout ca suivi d’une partie de ping-pong endiablee entre Murat et Romain, dans le hall du poste de police! Ah faudrait pas qu’ils s’ennuient  les flics ici! Par contre ils peuvent pas faire l’enregistrement de Sarah et Romain. Ca doit etre a cause du ping pong..

Sur la route on croise aussi un car de japonais fous du velo! Ils nous ont photographies comme si on etait des stars et ils nous ont offerts de l’eau, trop sympas! Du coup on a de l’eau et des pasteques, on est contents. On s’arrete dans un resto dans un minuscule bled ou le chef, trop gentil nous prepare un petit festin vegetarien pour trois sous et nous fait ecrire dans son livre d’or qu’il fait signer par tous les cyclistes voyageurs qui passent dans le coin, et faut pas croire, mais y’en a quand meme un petit nombre!

Le lendemain on arrive a Sonid Youqi. Deuxieme tentative d’enregistrement pour Romain et  Sarah! Et c’ est pas simple : d’abord il nous faut suivre un flic en scooter qui prend toutes les rues en contre-sens ou qui roule du mauvais cote de la route (ici, tant que t’as pas 4 roues tu peux rouler ou tu veux), ensuite il nous faut attendre quelques heures dans un commissariat ou les flics nous offrent de l’eau bouillie tiede au gout tres prononce de chlore, et parler avec une traductrice au telephone qui leur dit qu’ils sont obliges de  dormir a l’hotel, et que le flic va les escorter! Les flics essayent de nous meler a tout ca mais on s’esquive vu qu’on s’est deja fait enregistrer. Du coup on se separe de Romain et Sarah mais on se donne rdv sur la route le lendemain matin. Ce qu’on avait pas prevu c’est qu’il y avait deux routes… Et qu’on a pas pris la meme! Alors on a joue pendant deux jours a une grande course-poursuite. On savait pas qui etait devant ou derriere, et bien sur pas de portable. Et ben on a quand meme reussi a se retrouver! Apres avoir fait 10000 hypotheses et laisse des messages sur la route, des fleches en pierres, Romain et Sarah on fini par nous retrouver un matin alors qu’on prennait le petit dej! En fait tout ce temps la on etait derriere et eux devant, et on les a doubles le soir a la nuit tombee sans les voir car ils etaient bien caches…

Le paysage se transforme et devient de plus en plus vert, et on voit plein d’arbres! Ils nous avaient manques. On passe de villes en villes, toutes en plein developpement avec des grues de partout. On passe pres de la muraille de Chine qu’on voit au loin, sillonnant les montagnes. On peut maintenant se permettre de manger dans les restos car c’est vraiment pas cher : pour un repas a deux on s’en tire pour 1.5o euros, voire 1 euro chacun!! Et c’est trop bon! Les gens sont plutot impressionnes quand on arrive a leur faire comprendre d’ou on vient, et qu’on est venu a velo. Une fois un resto nous a meme offert le repas, trop sympas! Meme s’ils savent pas d’ou on vient ou ce qu’on fait, le simple fait d’etre occidentaux nous attire une foule chaque fois qu’on s’arrete. Eux aussi s’arretent et restent la a nous regarder, et parfois nous posent des questions.. Murat dit qu’on est comme un zoo humain..

A partir de Zhangjiakou, la route devient plutot charbonneuse, et nous aussi. On est couvert de poussiere noire et on commence a ressembler a des mineurs sortant de la mine! Tous les camions transportent du charbon, au bord de la route il y a des especes de stations avec des enormes tas de charbon, bref, tout est noir et nous aussi, et en plus ca colle! On fait un peu de toilette dans les stations essence, mais le lendemain, Sarah et Romain en ont ras le bol et decident de prendre un bus. Nous on tient le coup et on se dit qu’on continue, il reste environ 100km a faire pour arriver a Pekin. Le soir on dort entre le chemin de fer, l’autoroute et la nationale, sympa l’ambiance! Le lendemain on fait les 90km restant en une journee bien speed. Le traffic est crazy, il y a des files enormes de camions a l’arret, sur plusieurs kilometres. On les depasse tous (pour une fois!) puis on se fait une mega descente dans les montagnes, et la tous les camions nous redepassent, ils etaient coinces a cause d’une camionette en panne… Ea puait la dedans, pollution et poussiere donc on decide de se masquer, yeah!

On arrive a Pekin dans la soiree, et on est accueillis par Karla, ( la soeur d’Ali, ami de Murat qui nous avait heberges a Amsterdam), Nadine sa colloc, et les chats!

——————————————————-

————————————————–

———————————- . .———————- ———– ——————————————–……………….—

CHOP CHOP STICK STICK

————————————————-       ………………………..——————————-

————……………….. ————

                 WOW.  finally got the chinese visa hey,, after all the hassle we had been thro,, in ulann batar is was litteraly like knife thro butter.  no questions, just ” come back next week, thats 30 dollars please”. however we heard stories about peeps pitching up outside the embassy at 4 in the morning to start Queing.

we headed out the city, direction Gobi dessert. 200 km of asphalt Rd. pleasant sweet. at end of the tarmak. we got on the train, as attempting to cross the gobi on the dirt tracks with the hot sun would be almost suicide. actuallly fighting for a seat on the train pretty much made us wana commit the suicide act. we got the cheapest tickets, meaning only siiting. some fat guy was legs out spaced along our seats. cartasan had a staring match with him for about 30mins, whilst muz and amelie squeezed on the bunk above. the leg spaced bear then got angry all of a sudden and started throwing out some fists. the conductoress shouted at him and he got tame. then 5 mins later, a large woman started beating amelie on the arm, yelling “thats my seat you skinny bitch” in mongolian “move your ass!!” , at this point muz was experiencing the same thing from another gang of ladies, and the 3rd musketeer ‘cartasan” was getting a full on staring match from the greasy rocky grandbear. after all, we worked out that we all had the same number on our tickets, eg amelie had seat number 21 and so did the beastly lady, muzz had 23 and so did the bear. one big mess up. one big wressling match. we put up a gud fight for about 15 mins and in the end gave up and climbed to the buggage shelf thing , moved the bags and slepted there with our noses touching the ceiling. that way the mongolians, being too fat couldnt climb up there and fight us for it. we watched some of the passengers  attempts to get up there with the help of other hands. hands  pushing on the butt, squeezing them up there, but drastically failing. we slept so peacefully up there, occasionally getting woken up by the brawling downstairs at each station stop, where new passengers came on.

so finally once the trained stopped at the border town, we got off and walked 500m to the front of the train to pick up our bikes. the storage guy closed the door in our faces sayin the big No word again, in russian too ” NIET!”         the train started moving so muz jumped on, whilst amelie went to search for the police. muz got into a little wrestle with the cleaning lady, she was repeatly hitting him wit a broom screaming ”get off my train bitch”. muz just sat down “saying I staying putt until I get my bike back man”. in the end after some struggle we gave up and said the big word “” skolKa” meaning how much in russian,, the guy obviously well experienced on russia trains knew what that meant. he asked for 2000 tugric about 1 an half euro. so we handed it over, and laughed deeply over the hassle he put up to just get over a euro.  we had already paid for the baggage , had tickets to prove it too,, but he just wanteded to rinse us a bit more man. funny. the police arrived but , slightly late.

The sandy last town of mongolia, we could see the chinese town over the border and were itching to get there after our bad train ride. the border can only be crossed on machines, so we had to try find a ride again,, like in russia/mongolia. we decided to seek shelter for the day but got lost and ended speaking to some truck drivers,, they were so chilled and offered to take us over the border. so ”why not”, we jumped on.

at the chinese passport stamping we arrived again to the wressle ring,, we got the finger up, shuffed and slapped whilst trying to Q in line. they dont Q over there, you just fight ! it got really messy at one point and the border control personal got freaked out and started shutting down the stamping stations. which of coarse made things worse. after the declarations stamp,  it was a stampede to the next check point, the passport stamp. same story, hundreds of chinese men n woman racing with suitcases and cardboard boxes to get there first. wow!

once in china that very same day, we eat at a resto which happened to be mongolian. we learnt that we were in inner mongolia part of china. ok cool.

we cycled on towards Beijing, landscape being almost identical to Mongolia except wit huge towns every 60kms. we found some fossils and put up our tents next to some dinasaurs. the following morning cartasan decided to head off alone for a while and as he left, two Swiss peeps on bikes arrived ‘Sarah and Romain AKA saro’. wow. they too appear to be cycling to beijing.. ok so lets ride together.

at some next town we got split up as they wanted to register their visas which we had already done. basically they were forced to sleep in a hotel in the town inorder to obtain the registration. we escaped the police and left town to camp.

in the hope of linking up again, we left arrows made from stones along the side of the road. after 2 days, still no linking, we worked out that we werent on the same rd. however later on the rds joined to form one and we linked up!! like treasure hunt!!

from then on, we experienced the slow transistion of the landscape from Gobi dessert into rural china. eat in restaurants and washed the coal off our faces every evening. one time we eat in a resto and the owners of the resto didnt let us pay,, wow!! a gift.

100 km form beijing we started to see the Gt wall and choke on the smog, we couldnt wash our selfs in the rivers too as they were all green. once arriving to karlas place in beijing we washed our eyes with some eyewash stuff as they were in gt pain from the air pollution.



Advertisements

1 Comment so far
Leave a comment

Wow les gangstas, amazing stories! good to be a bit on the road with you !
You hit Pacifico to catch a boat?:)

Comment by nico




Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



%d bloggers like this: