rootzbiketour


GOKARNA— BEACH—
30/04/2011, 10:18
Filed under: India

GOKARNA – entre ville sainte et plages à touristes

on arrive donc à Gokarna après une ou deux heures de trajet bien cahoteux en bus. La nuit ne va pas tarder à tomber et on veut trouver un endroit ou dormir près des plages (on a entendu que c’était là le moins cher). On voit un autre voyageur à vélo qui est sur le point de monter dans le bus, mais il s’en va à Hampi. Un allemand, Philipp, l’aide à charger ses affaires sur le toit. Il est aussi à vélo, en voyage depuis 5 mois d’Allemagne avec un ami, Christian. Lui reste, et on le suit jusqu’aux huttes sur les plages, où on arrive juste après la tombée de la nuit.

On découvre la plage le lendemain, et c’est plutôt beau. On passe notre temps entre sauter des falaises, se balader dans la jungle pour aller sur les autres plages accessibles seulement à pied, manger dans les cabanes sur la plage, se baigner dans des vagues géantes, et jouer de la musique sur la plage ou autour d’un feu… Vacances. On se fait aussi des amis, Philipp et Christian, les allemands à vélo, et Paul et Suzy, un couple en déménagement de l’Angleterre à l’Australie, qui voyagent un peu entre deux. Précisons que nous sommes sur “the houmous trail” : “la route du houmous”. C’est les israéliens qui l’appellent comme ça, et ça réfère aux endroits les plus fréquentés par eux-même (ainsi que par tous les autres touristes en général d’ailleurs). Nous avons donc une bonne trentaine d’israéliens dans les cabanes/huttes autour de nous, qui écoutent de la trance du matin au soir.. Bonnes et intéressantes discussions sur la situation là-bas, vue à travers leurs yeux.

On était partis pour y rester seulement 4 jours, mais on se dit qu’on se speed trop et on décide de rester plus longtemps. Il faut donc qu’on annule nos billets de train, chose pas simple puisqu’il faut aller dans la grande ville la plus proche à 1h30 et trois bus de Gokarna… Annuler les billets nous coûte 80 roupies, et Murat décide donc de les regagner avec l’idée brillante de vendre des frisbees sur la plage. Non, non, c’est pas une blague! Vendre chaque frisbee en se faisant un bénef de 20 roupies sur chaque, voila l’idée. Le voila donc parti avec ses quatre frisbees à déambuler sur la plage, parlant à tous les touristes en “indian style” : “hello sir, hello madam, frisbee, you want?”. Avec sa guitare et accompagné de Philipp et son ukulélé, ils font un malheur (!) et vendent en deux heures deux frisbees à un prix bien plus élevé que le prix annoncé! Mais quatre jours passent ensuite sans aucune vente. Par contre tout le monde les connait sur la plage! Trop drôle! Il trouve finalement quelques bonnes âmes charitables qui lui achètent les derniers frisbees, car il explique à chaque fois à tout le monde son histoire et comment et pourquoi il s’est retrouvé à vendre des frisbees sur une plage en Inde au milieu des autres vendeurs de fruits et tissus/paréos…!

Ça c’est le côté plage et touristes… Mais de plus en plus de touristes indiens affluent car on approche de la date d’un grand festival religieux, Shivaratri, et Gokarna se transforme en une petite ville remplie à craquer par pas moins de 20000 pèlerins venus de toute l’Inde! Alors on assiste à quelques petits clashs… Il faut d’abord préciser que le bikini ne se porte pas partout et que de manière générale en Inde il faut bien se couvrir, surtout, si ce n’est que les filles, car les indiens ont tendance à avoir des idées reçues sur les occidentales, comme quoi ce serait des filles faciles et extraverties, ouvertes à tout genre de propositions… Même si elles sont accompagnées ou voyagent avec des hommes! Bref, juste pour vous raconter une anecdote : un couple allongé et bronzant sur la plage, sûrement à moitié endormi, se fait approcher par un touriste indien (on voit que ce n’est pas un mec du coin) qui sort tranquillement son portable qui fait appareil photo de sa poche, et qui commence à prendre des photos de la fille en maillot de bain. Elle ouvre sûrement les yeux et s’en rend compte, et de suite commence à demander au gars ce qu’il est bien en train de faire, genre : “ça va pas ou quoi?!”. Le mec commence à partir et du coup elle réveille le sien, de mec, qui se lève et on pense qu’il lui a demandé d’effacer les photos ou un truc comme ça (on était assis plus loin et on pouvait pas entendre), il avait l’air un peu menaçant en tout cas…Ils se séparent finalement, le couple retournant bronzer, et l’indien retournant parmi ses amis ou sa famille.  Voila, un beau clash des cultures : un indien éberlué de voir en vrai une nana à moitié à poil et qui veut immortaliser le moment, et un couple d’occidentaux choqués d’avoir été traités comme des bêtes de cirque ou de zoo qu’on photographie sans vergogne (ce que d’ailleurs certains touristes photographes n’hésitent pas à faire avec les habitants des pays qu’ils visitent, sans vergogne et sans permission, soit dit en passant…).

Nous sommes donc restés les premiers jours de festival et on est allés en ville. Pour découvrir que de toutes façons l’entrée des temples était interdite aux étrangers. Mais la balade valait sûrement plus le coup, pleine de couleurs et choses intéressantes car hors du commun pour nous : des couleurs éclatantes dans la sécheresse environnante, des queues géantes, des chariots énormes décorés de millions de petits drapeaux, des sâdhus, la musique, des gens par milliers, et des vaches au milieu de tout ça. Magnifique ambiance, avec des gens soit très curieux, soit très chaleureux (ils serrent la main aux garçons).

Le lendemain, nous nous mettons en route pour la gare pour prendre un train qui nous amènera à Goa, d’où on espère repartir vite avec un train pour Dehli. Direction le nord.

GOKARNA—A LITTLE TASTE OF PARASISE

THE FRIZ_BEE COOCHE_MAN

so we arrived around sunset to the smallish town of Gokarna,, muz climbs up on the roof of the bus to get  the bikes. while he’s up there another hippstarr climbs up with his BIKE!! again another bike dude, this time from Holland> however  this time headin to HAmpi.

so all the hipstarrrs tie-up their back packs on the bus roof,, we get off and meet Phillip> a young gentleman on a mini world bike tour wit another fella named kristan,, how crazy!. he becomes our guide and we cycle together over the hills,, towards Um beach,, a 30 min ride with some bike pushing at parts.  its night time as we arrive, sun already in bed n shit. How beautiful to hear the waves crashing on the beach and wood crackling on the hippie fires,, sounds of guitars,, and foreign languages,, mainly Hebrew.

so yes,, Gokarna is on the “Hummus” trail, (for those who don’t know what Rasta is talking about; the hummus trail is the famous path taken by Israeli backpackers in India),, after a 3year army service, India is the place to come and party,, cheaply and of course efficiently) . we stayed at Ganesh house, next to RAstA cafe, at our place there was about 30 Israelis,, was cool,, always playing trance music,,startin round breakfast and right through till to 4am. so yeah had some interesting conversations about the situation over in Israel over some dance n felafal sessions.

chilling on the beach, doing nothing except swimmin and soakin up sun rays was just so good. So good in fact that we cancelled our train tickets. yes thats right,, an hour half bus ride,, with two bus changes to the next big town> where we found the main train station. after an half hour indien queue; sorted, tickets cancelled for an 80 rupee fee.

To make back the 80 rupees cancellation fee,, muz had the bright idea of selling friz-bees, he brought  4 pink and green friz-bees from town and became the friz-beeMan. so check it= 4 friz-bees sold at 20 rupe profit= makes 80 rupees profit right.  so the next day we all went up and down the beach selling these pink and green friz- bees with the accompany of guitar and ukulele music.

we carried on doing this Frizbee Man stuf every day for bout a week,, everybody smiled as we hit them hard with rhytAms, cheeky humour and indian style bussiness. in the end all four Frizbee were gone,, making more than the 80rp goal; made like 200rp profit or something as some german couple wanted to give more, felt sorry for the gyspies wit shaggYed up hair n ruff faces. think it was the cheap chinese guitar of ours Too.   anyways

there is some fella named Shiva, another indian God or Godess shod we can say. and on the weekend its his party. some huge festival. many hindus from around the country head down to Gokarna for this big rave. yeah its like a rave actually,, we headed down to the town wit our Go GO crew to check out what this SHiva was all a bout. the Go Go”s entered town from some tiny weenie street and saw a crowd of people jammed up wit cows bare chested towel round waist indians , and the occasional tourist with the cannon hanging over the chest. there was a big queue to enter the main temple, however there was a huge sign saying “”no foreigners allowed””.  how wicked is that man.            so this fella lady shiva is the supreme god, king of Dance,,the farther of Ganesh and Murugan. His eternal youth is said to be due to his authority over death, rebirth and immortality. Rastafari reckons its due to all the trance music from the israliteS.  yEs I               His fisikal form is quite femine and for that reason you see some ladyboys take this opportunity to dress up like shiva. they go around shops n towns pinching your ass, people smile and greet openly these ladyboys, as its believed to bring good luck and wealth wen the ladyboy enters your place. the indian ladyboys are not as !!hot!! as the 1s from BangKok. obviously mate.   they are much more butch like in the physical form,very manly and cheeky monkeys too. one fellaboy bumbed into muz 3 times in one day,,,  at breakfast in one town, lunch in another town  ,, then at the train station in another town. all an hour appart from each. Boy they do get around,, indian bussinesses must be booming.

so with our new group of friends,—-the germanrootzbiketour boys. and paul and suzzie from East london. with some aussie spice from paul’s side——-   we ate tahli at the shiva packed out joint, drink some orange and finished off with jalabi sweets from the streets. we walked around the mayhem, smelt some sweat and budged into the main hall to watch the live show. then treked back to Om beach,, an hour mission along the hills n various beaches on the way.  we found some jars of marmite and nutella on the way and had them for dinner on some roti. the cows were hangin out at the resturant late that nite,, some isralites havin a smoke around the fire,, and muz n Kris got high and hit the dark sea. Amazing to feel that beast of a mother sea crawl up to you and hit ya wit that wave. we started body surfing them waves in the pitch dark. the Ganesh Guest house cowboy got worried and hunted us down with flash torches. so we came out . and dried our naked boddies infront of the israli beach fire, listening to them talk about the stars n cows ,, stray DoGG. viva la siva!!!

DURING SIVA FESTIVAL THEY DRAG THESE MASSIF CARTS DOWN THE STREETS AND THROW BANANAS AT THEM

FOREIGNERS NOT ALLOWED

INDIAN OFFICIERS HAVE BAMBOO STICKS TO BEAT YA ASS

Advertisements

Leave a Comment so far
Leave a comment



Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



%d bloggers like this: